Les Fonds Macro et L/S Equity europeens menent la danse

Lyxor AM
 
13/04/2017
L’indice Lyxor Hedge Fund s'est inscrit en hausse de 0,9% en mars.
  • L’indice Lyxor Hedge Fund s'est inscrit en hausse de 0,9% en mars, 7 des 10 indices Lyxor clôturant en territoire positif.
  • Les gérants L/S Equity et Global Macro ont surperformé, soutenus par leurs expositions aux marchés européens. Les gérants obligataires ont su tirer profit des arbitrages faits sur la courbe des taux des obligations souveraines. Les CTA à long terme ont en revanche souffert de la baisse des taux des bons du Trésor américain à 10 ans.

Après que les marchés ont pleinement et rapidement intégré un relèvement des taux par la Fed en mars, Janet Yellen a réaffirmé son intention de procéder à une normalisation « progressive » de la politique monétaire. Dans ce contexte, le dollar américain s'est déprécié par rapport aux devises du G10 et des marchés émergents. Parallèlement, l'échec de la suppression de l'Affordable Care Act a mis en doute la capacité de l'administration Trump à mettre prochainement en place les réformes déterminantes pour le marché. L'indice S&P500 a cédé 0,2% en raison de la nature de plus en plus spéculative des positions liées à la reflation. De l'autre côté de l'Atlantique, la reprise économique au sein de la zone euro s'est accélérée, dopant l'Eurostoxx 50 (+4,4%). Bien que le dilemme entre croissance et inflation reste entier, la vigueur des statistiques économiques a fait craindre que la BCE ne commence à réduire son programme d'assouplissement quantitatif plus tôt que prévu. Les rendements du Bund à 10 ans se sont par conséquent envolés de 18 pb. Enfin, la hausse de la production de pétrole aux Etats-Unis a ravivé les inquiétudes entourant un excédent d'offre, faisant plonger le WTI à environ 48 USD le baril.

L'indice Lyxor Hedge Fund s'est adjugé 0,5%, porté par les fonds L/S Equity et Global Macro. Les CTA à long terme ont généré des résultats décevants en raison de retournements de tendance sur les segments des obligations et des devises.

Les fonds L/S Equity, en particulier ceux affichant un biais plus long, ont figuré parmi les meilleurs élèves en mars. Les gérants axés sur la zone euro ont surperformé. En amont des élections présidentielles françaises, ils ont maintenu une allocation prudente sans céder à la panique. Ils ont conservé la plupart de leurs expositions directionnelles, tout en s'assurant une certaine protection en renforçant leurs couvertures par le biais de positions courtes sur indices et en allégeant leurs positions sur le secteur financier. Les gérants américains ont enregistré des résultats disparates, les meilleurs d'entre eux se distinguant par leur sélection de titres.

La stratégie Global Macro a réalisé un beau parcours, malgré d'importants écarts de performance entre gérants La hausse des rendements obligataires européens leur a permis de compenser les pertes découlant de l'appréciation de l'euro. L'optimisme à l'égard des indices européens a porté ses fruits. Les gérants sont parvenus à limiter les pertes liées à la dépréciation du dollar grâce au renforcement de leurs positions longues sur les devises émergentes. La composante matières premières a en revanche eu une incidence défavorable, en raison essentiellement d'une exposition longue à l'énergie.

Les fonds Special Situations se sont distingués au sein de la stratégie Event Driven, portés par leurs investissements cœur de portefeuille dans les secteurs des matériaux de base, de l'énergie et de la technologie. Leurs homologues Merger Arbitrage se sont quant à eux inscrits en retrait, bien que l'essentiel des pertes découle de positions prises dans le secteur énergétique, et non liées à des transactions de fusions-acquisitions. La stratégie devrait à l'avenir bénéficier de conditions propices : les bénéfices s'améliorent, l'activité des entreprises s'intensifie et les espoirs suscités par les baisses d'impôts, les dépenses budgétaires et la déréglementation perdurent (mais semblent être de plus en plus spéculatifs). Les gérants conservent une exposition prudente et équilibrée entre secteurs cycliques et défensifs, ce qui leur permettra d'atténuer l'impact d'une éventuelle correction du marché.

Les CTA à long terme ont pâti de revirements de tendance, notamment lors de la baisse des rendements des bons du Trésor US à 10 ans. La hausse des rendements obligataires européens et l'appréciation de la monnaie unique par rapport au billet vert ont également été pénalisants. La composante actions a enregistré une performance mitigée, les positions longues sur les actions européennes constituant la principale source de gains. Dans l'ensemble, les CTA ont ajusté leurs expositions en fin de période, allégeant leurs positions courtes sur l'euro et longues sur les devises émergentes et adoptant un positionnement court sur l'énergie et les obligations. Les modèles à court terme ont mieux tiré leur épingle du jeu sur la période et ont élagué leurs expositions longues aux actions.

Les gérants Fixed Income Arbitrage ont tiré profit des opérations d’arbitrage sur les courbes de rendements des obligations souveraines. Parallèlement, certains gérants diversifiés ont été soutenus par leurs positions plus directionnelles (positions courtes sur les obligations européennes notamment), tandis que les positions longues existantes sur les devises émergentes se sont révélées rémunératrices. La stratégie L/S Credit Arbitrage a pour ainsi dire fait du surplace sur fond d'atonie des marchés du crédit.

« Les conséquences de l'inflexion des taux et de l'inflation sont d'ores et déjà visibles. Les actifs se négocient de plus en plus à des cours conformes à leurs fondamentaux et à différents thèmes, ce qui plaide en faveur des hedge funds au deuxième trimestre. Le manque de dispersion des actifs et les incertitudes politiques demeurent toutefois des contraintes majeures.

Dès lors que celles-ci ne se dissiperont pas avant l'été, nous nous attendons à des tendances molles dans l'intervalle. Nous nous tournons vers les styles privilégiant les opérations d’arbitrage et privilégions les adeptes de la sélection de titres fondamentale aux arbitrageurs macro. Les gérants US & European L/S Equity et Special Situations récoltent également nos faveurs. Nous recommandons de réduire les allocations aux fonds CTA et Macro. » Jean-Baptiste Berthon, Stratégiste senior multi-actifs, Lyxor Asset Management


loading...