Normalisation des politiques monetaires - #2. Tapering BCE : Mieux vaut prevenir que guerir

Lyxor AM
 
07/06/2017
Nous estimons que la BCE reverra en juin les perspectives de croissance à équilibrées...

Nous estimons que la BCE reverra en juin les perspectives de croissance à équilibrées, mais ne se précipitera pas à discuter le ralentissement de son programme de QE (tapering) avant la fin d’année

· L'activité reprend de la vigueur en 2017 et les risques politiques ont été réduits

· La reprise est toutefois inégale, l'Italie étant manifestement à la traîne. Le large recours des banques italiennes aux LTRO pourrait s'avérer préoccupant s'il traduisait des inquiétudes sur la liquidité

· La BCE pourrait préférer ne pas s'engager avant les élections italiennes dans un processus conduisant à l’arrêt définitif des achats de BTP

L'inflation stagnante laisse à la BCE une option structurelle accommodante

· L'inflation sous-jacente en zone Euro semble bloquée en dessous de 1%, tandis que l'accélération du mois d'avril devrait bien vite s'essouffler

o Une croissance du crédit de 2,4% p.a. constitue certes une amélioration, mais est loin d'être suffisante

o La croissance des salaires, principal moteur de l'inflation sous-jacente, s'est à peine stabilisée

· L'orthodoxie monétaire allemande pourrait être davantage liée à une stratégie politique (contre les accusations de manipulation monétaire) qu'à des craintes inflationnistes (aucun signe n'ayant été observé en ce sens)

· Mario Draghi, président dovish, est en charge du mandat unique de la BCE jusqu'en octobre 2019 : un objectif d’inflation de 2%

La BCE semble prête à continuer d’osciller entre discours dovish et hawkish pour contenir les taux d'intérêt. La prudence reste de mise à l'égard du pouvoir de distorsion (et de détermination des cours) de la BCE à court terme. Néanmoins nous sous-pondérons les obligations de l'Eurozone à long terme, anticipant une réduction de l'assouplissement quantitatif en 2018 suivie par une normalisation progressive.


loading...