Concurrent petit par la taille mais pas par les performances...

Financière de l'Arc
 
08/06/2017

Chers clients, chers partenaires,

Toute l'équipe de Financière de l'Arc a le plaisir de partager avec vous l'extrait du supplément Patrimoine du quotidien le Figaro où nous sommes cités.

Fonds patrimoniaux :le grand écart

Avec des marchés à l’humeur changeante et un risque politique persistant, les deux dernières années ont été ardues pour les fonds patrimoniaux. Les performances récentes des ténors du secteur en témoignent (voir tableau).Ainsi, Amundi Patrimoine a enregistré en 2016 un deuxième exercice de performance négative(- 1,9 %), même s’il remonte la pente depuis le début de l’année.Sur 5 ans, la performance annualisée (3,2 %) reste loin de l’objectif de 5 %. De son côté, Carmignac Patrimoine a au contraire redressé la tête en 2016, avec une performance honorable de 3,9 %. Avec les élections françaises, l’enjeu fut à nouveau de protéger le portefeuille contre un scénario des extrêmes,peu probable mais possible,tout en restant exposé au scénario favorable, plus vraisemblable,d’où l’usage de dérivés pour couvrir les portefeuilles,comme chez Stamina Patrimoine. « Nous étions fortement investis en actions depuis début 2017, du fait des publications économiques positives en Europe. À la veille du premier tour, une partie du portefeuille aété couverte par la vente de futures sur l’indice Euro Stoxx 50, en raison d’un risque certes faible,mais non nul, d’un second tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Cette couverture a été levée dès le lendemain du premier tour », explique Alexis Bienvenu,son gérant. Le fonds a ainsi enregistré une performance de 3,3 %depuis le début de l’année. Carmignac Patrimoine est en retrait,mais le souci de préservation du capital a primé. «Ce qu’on ne peut pas voir dans les performances du fonds depuis un mois, c’est que, même si le résultat des élections avait été défavorable, la performance aurait été préservée», résume Didier Saint-Georges,membre du comité d’investissement de Carmignac.

De fortes positions en actions

Aujourd’hui, les fonds patrimoniaux sont assez fortement positionnés sur les actions, notamment européennes. Carmignac Patrimoine a récemment réalloué des actifs des États-Unis vers l’Europe et privilégie les valeurs financières, technologiques et cycliques, tout en conservant une exposition aux actions émergentes. Stamina Patrimoine est investi à 50 % en actions, cette exposition pouvant varier de 0 à 60 %. Plus prudent, Eurose, chez DNCA, est également proche de sa limite de 35 % d’actions et a enregistré un bon début d’année. Concurrent petit par la taille mais pas par les performances, très régulières ces dernières années, Arc Patrimoine a de quoi faire des envieux. Si son statut de fonds de fonds lui permet d’exposer une partie de ses encours à des classes d’actifs que la société de gestion ne pourrait traiter en direct, comme les obligations émergentes, les paris actions sont plutôt pris en direct et très ciblés. « Notre approche de sélection de valeurs nous permet de nous décorréler du marché, explique Amandine Gérard, président de la Financière de l’Arc. Un de nos principaux paris actuels porte sur la galaxie Bolloré, notamment via le titre Vivendi. Nous apprécions les sociétés qui offrent du rendement et sont gérées avec une vision de long terme. » De manière patrimoniale, en somme. Et cette stratégie a payé : l’objectif de 4 à 6 % de performance annualisée est même dépassé sur 3 et 5 ans.


loading...