Les fonds Event Driven poursuivent sur leur lancée

Lyxor AM
 
16/06/2017
'indice Lyxor Hedge Fund a fait du surplace, 7 des 10 indices Lyxor clôturant...
  • L'indice Lyxor Hedge Fund a fait du surplace, 7 des 10 indices Lyxor clôturant en territoire positif.
  • Parmi les fonds Event Driven, les stratégies Merger Arbitrage ont surperformé. Les gérants Macro ont enregistré des fluctuations intra-mensuelles marquées. Les CTA ont fini le mois dans le vert tandis que les gérants Global Macro ont signé une performance plutôt terne.

Le risque politique semble avoir été transféré de l'Europe vers l’Amérique. Des allégations selon lesquelles Donald Trump aurait cherché à influencer le FBI au sujet d'une enquête sur l’un de ses anciens conseillers ont ébranlé un peu plus encore les prévisions de reflation aux Etats-Unis. Parallèlement, les actifs brésiliens ont été soumis à des pressions après la publication dans la presse d'allégations de corruption contre le président Temer. Les préoccupations politiques ont temporairement créé une aversion pour le risque sur les marchés et ont poussé les participants vers les valeurs refuges. Cette situation a provoqué un rebond des obligations d'Etat des marchés développés, avec une diminution du rendement des obligations américaines et allemandes à 10 ans. Le dollar américain a évolué en ligne avec les rendements, se dépréciant face aux principales devises, en particulier l’EUR. Les actions ont reflété les fluctuations des changes : le FTSE100 a surperformé le S&P500 et l’Eurostoxx600. L'or et le pétrole ont clôturé la période à un niveau pratiquement étale, malgré d’importantes évolutions intra-mensuelles. L'accord de l'OPEP s'est révélé insuffisant pour soutenir la reprise du pétrole.

Les hedge funds ont signé des performances mixtes parmi les stratégies en mai. Les fonds Event Driven ont poursuivi leur beau parcours, tandis que les stratégies Global Macro ont sous-performé, plombées par les positions longues sur l'USD et les matières premières. Les autres stratégies de hedge funds ont généré des rendements positifs.

En mai, les fonds Event Driven ont confirmé leurs gains antérieurs. Les fonds Merger Arbitrage ont surperformé les Special Situations. Plusieurs positions sur des opérations de fusion-acquisition se sont avérées payantes du fait de la diminution des spreads. Les investissements dans NXP Semiconductors, Straight Path Communication et Syngenta ont été particulièrement fructueux. Sur le front des Special Situations, l'excellente saison de publication des résultats a dopé les rendements de plusieurs positions principales des portefeuilles telles que Sotheby's, Baxter International et Willis Tower Watsen. Les investissements dans les secteurs de l'énergie et de la finance ont toutefois partiellement contrebalancé ces progrès. Les fonds Event Driven ont continué d’accroître leur exposition nette aux actions, avec une préférence pour les actions américaines. L'exposition renforcée à l'Europe a découlé d’opportunités sur des titres individuels. Les gestionnaires n’ont pas fait de pari macro sur la reprise de la zone euro.

Les fonds L/S Equity ont généré des résultats mitigés et hétérogènes. Le biais en faveur des titres cycliques plutôt que défensifs s'est révélé préjudiciable pour la plupart des gestionnaires. Les gestionnaires ayant privilégié les stratégies Variable Bias ont pris la tête du peloton, soutenus par la dynamique encore positive des actions. En revanche, les fonds Market Neutral, ayant un horizon à plus long terme et davantage orientés value, ont sous-performé. En ce qui concerne le positionnement des portefeuilles, les fonds américains ont réduit leur exposition longue nette aux actions face au ralentissement de la croissance américaine. Les gestionnaires européens ont renforcé leur allocation aux valeurs financières et des biens de consommation cycliques suite à la forte reprise économique.

Les CTA revoient en profondeur leurs positions de change : positionnement long sur l'euro

Exposition nette des CTA aux devises (en % de la VNI)

Les CTA ont évolué en dents de scie au cours du mois, mais ont clôturé la période en territoire positif. La tendance à la hausse des actions et l'affaiblissement des rendements des obligations d'Etat dans la plupart des régions ont renforcé la performance des modèles. Tout au long du mois, les modèles ont ajusté leurs portefeuilles, en particulier sur le marché des changes. Ils ont établi des positions courtes sur l’USD par rapport à l’EUR et ont réduit leur exposition courte à la GBP. A la fin de la période, la majeure partie de leur exposition aux matières premières était concentrée sur les positions courtes agricoles, avec des expositions courtes réduites sur l’énergie.

La performance des fonds Global Macro a été plutôt terne, même si les rendements des gestionnaires ont été hétérogènes. Dans l'ensemble, presque tous les portefeuilles ont affiché des rendements décevants. Les opérations d’arbitrage sur les actions (positions courtes sur les Etats-Unis, longues sur l'Europe) ont été préjudiciables, le marché ayant évolué dans la direction opposée. Les positions longues sur le réal brésilien par rapport à l’USD et courtes sur les parités des marchés développés (EUR et JPY en particulier) ont été pénalisantes. Les portefeuilles obligataires ont généré des résultats mitigés. L'affaiblissement des rendements a favorisé les positions longues sur les obligations américaines, mais a pénalisé les positions courtes sur la duration en Europe et au Royaume-Uni.

« L'atténuation du risque politique, les signes tangibles de croissance économique, les flux de collecte positifs et la perspective d'une normalisation de la politique de la BCE sont autant de facteurs qui ont contribué à l'appréciation de l'euro face aux devises du G10 au premier semestre. Même si les investisseurs sous-pondèrent toujours les actifs libellés en euros, la prise en compte de cette amélioration des fondamentaux dans les cours semble bien engagée. Le potentiel de hausse à court terme pourrait s'avérer limité. Les fluctuations sur le marché des changes et la cherté des obligations d'Etat créent des opportunités d'arbitrage intéressantes pour les fonds obligataires. Les fonds CTA pourraient également en profiter lorsqu'ils auront achevé leur repositionnement. » Jean-Baptiste Berthon, Stratégiste senior multi-actifs, Lyxor Asset Management


loading...