Foncières cotées : des perspectives favorables pour les bureaux en Ile-de-France

GESTION 21
 
20/06/2017
IMMOBILIER 21, Immobilier coté zone euro - Article PierrePapier.fr

Les gérants d’Immobilier 21 se sont renforcés en avril dernier sur les foncières investies en bureaux franciliens, en raison notamment de l’amélioration de la croissance organique du secteur. Un autre indicateur les conforte aujourd’hui dans ce choix : le niveau du ratio loyers/salaires, qui laisse entrevoir un important potentiel de rattrapage des loyers.

L’embellie du secteur des bureaux franciliens se confirme. Outre une orientation désormais à la hausse des loyers économiques, comme le constatait Immostat en mai dernier, la progression des transactions locatives, et l’amélioration de la croissance organique des foncières investies en bureaux, un autre indicateur viendrait désormais, selon les gestionnaires du fonds Immobilier 21, confirmer le potentiel de rattrapage des loyers.

Moyenne de long terme à 15% – Cet indicateur n’est autre que le rapport entre le coût d’un poste de travail de 15 m2 et le salaire moyen annuel français. « Il s’agit d’un indicateur que nous avons créé en 2000 pour les bureaux franciliens », expliquent Laurent Gauville et Daniel Tondu, les fondateurs de Gestion 21 et gestionnaires du fond Immobilier 21. Car, en comparant l’évolution de ces deux principaux postes d’une entreprise tertiaire, il « permet de se situer dans le cycle locatif ». Or ce ration loyers/salaire serait aujourd’hui de 12%, une valeur identique à celle de 1998, un « bas de cycle qui précédait une importante reprise du marché locatif », considèrent les gérants. Pour eux, ce niveau « suggère un important potentiel de rattrapage des loyers eu égard à une moyenne long terme de 15% ».

Renforcement sur les bureaux franciliens – Une tendance que constatent eux aussi les grands courtiers immobiliers. CBRE, à l’occasion d’une journée investisseur organisée la semaine dernière par Gecina – une foncière exposée à 78% aux bureaux parisiens -, annonçait tabler globalement sur une croissance des loyers faciaux de +1,5%/an sur les prochaines années. Immobilier 21, qui s’était renforcé en avril dernier en foncières majoritairement investies en bureaux franciliens (20% de l’actif net, contre 17% en début d’année), reste donc positif sur ce sous-secteur. Les gérants, dans cette perspective, ont de nouveau renforcé leur exposition à Foncière des Régions, qui représentait à fin mai 8% du portefeuille. Depuis le début de l’année (à fin mai), le fonds affichait une performance de +9,3%[1], contre +8,2% pour l’indice IEIF Zone Euro (dividendes nets réinvestis).


loading...