Jouer les prolongations

Lyxor AM
 
10/07/2017
Après un rappel à la réalité contrasté au deuxième trimestre.

Vues sur les marchés

Après un rappel à la réalité contrasté au deuxième trimestre, les trois prochains mois verraient le retour aux tendances de long terme. L’activité aux États-Unis et la dynamique de réforme reprendraient, alors que la croissance de l’Eurozone s’affermirait dans un contexte politique amélioré. Partout la faiblesse de l’inflation a surpris, confortant l’idée d’un biais accommodant continu des banques centrales. Mais l’effort de normalisation des politiques monétaires devrait s’intensifier à l’avenir. Le baril continuerait de dicter les anticipations d’inflation ; nous entrevoyons une stabilisation des prix du pétrole autour des coûts marginaux de production des États-Unis.

L’administration Trump paraît décidée à rattraper son retard et à faire avancer son programme de réforme. Des résultats positifs, même minimes, constitueraient une surprise encourageante pour des marchés désabusés. Parallèlement, un rebond de la croissance semble envisageable tout comme une reprise progressive de l’inflation salariale. Ces évolutions soutiendraient la Fed sur la voie de la normalisation. Nous sous-pondérons légèrement les titres du Trésor. Les actions américaines, richement valorisées, sont en risque mais des indicateurs techniques modérés nous incitent à préconiser une position neutre, complétée par des thèmes défensifs.

Sur les marchés émergents nous privilégions sélectivité et thématique Valeur pour les actions alors que la quête de rendement continuerait de soutenir la dette. Et ce, jusqu’à ce que le durcissement de la politique de la Fed n’affecte l’appétit des investisseurs. Les actions chinoises ont surperformé et nous anticipons un rattrapage du reste de l’Asie. Au Japon, les valeurs domestiques pourraient présenter un attrait relatif.

L’accession au pouvoir d’un gouvernement pro-business et pro-européen en France a permis d’endiguer les risques politiques dans l’Eurozone. Les réformes structurelles annoncées pourraient jeter les bases d’une pleine reprise cyclique. Les risques semblent désormais cantonnés à l’Italie même si les craintes relatives aux élections devraient attendre l’an prochain. Le durcissement de la politique de la BCE pourrait être une source de perturbation mais nous pensons que Mario Draghi saura tempérer la remontée des taux par une rhétorique adaptée. Nous saisissons l’opportunité et renforçons la surpondération des actions Eurozone.

Stratégies alternatives

Nous anticipons un contexte plus exigeant pour les stratégies micro avec des valorisations tendues, des profits à leur maximum, des thèmes d’investissement plus rares et des corrélations raffermies.

Nous abaissons le rating global L/S Equity à Neutre. Aux Etats-Unis, nous préférons les stratégies fondamentales. Nous maintenons la surpondération des fonds européens et japonais à biais long. Nous déclassons à Sous-pondéré les fonds quantitatifs, susceptibles d’être perturbés par les rotations de facteurs.

Les fonds Event-Driven nous semblent bien placés pour exploiter des opportunités fondamentales. Les fonds Special Situations – notés Sur-pondéré – font activement évoluer leurs portefeuilles vers des positions moins consensuelles. La dynamique de fusions-acquisitions s’estompe mais offre encore aux fonds Merger un portage attractif.

Les thématiques macro devraient occuper le devant de la scène alors qu’inflation, croissance et normalisation monétaire se trouvent à la croisée des chemins. Le retour des fondamentaux et des conditions économiques hétérogènes fourniraient des opportunités relatives sur les marchés de taux et de changes. Ces opportunités, induites par des changements monétaires et politiques, sont plus risquées. Nous anticipons moins de volatilité pour les fonds arbitrant les émissions et devises émergentes. Nous relevons la stratégie Global Macro à Surpondéré.

Nous restons réservés sur les CTAs. L’environnement de tendance apparaît mitigé. Nous préférons les modèles moyen-terme.


loading...